Développement personnel Entreprenariat

Cessez d’être parfait

Ça vous dirait d’être l’ami que tout le monde rêverait d’avoir, la fille parfaitement roulée ou le mec le parfaitement sculpté, celui qui fait la cuisine mieux que personne, toujours fashion, à la pointe, in, super pro dans son boulot ?

Ça vous dirait d’être parfait ?

Comment répondre non… La quête de la perfection est la maladie du siècle. Sans doute parce que notre société n’oublie pas les faux pas et parce que l’on croit qu’on serait aimé davantage si on était moins gros, plus souriant, moins stressé, plus marrant, etc. Et si on arrêtait tout ça ?

Voici un petit éloge de l’imperfection…

Crédit : shutterstock.com

Pourquoi je souhaitais en parler ?

La majorité des perfectionnistes sont attirées par le développement personnel.
Pourquoi ? Parce que le désir de devenir plus parfaits ou d’avoir une vie plus parfaite les amène à s’engager dans une démarche intérieure.

Il y a de grands bienfaits à être perfectionniste :

  • Vouloir nous améliorer ou améliorer notre qualité de vie
  • Être capable de voir les détails d’une tâche ou d’un projet
  • Vivre dans l’ordre

C’est quoi être parfait ?

On parle de perfection aussi bien pour les objets que pour les êtres. La perfection pour une personne, c’est « réunir toutes les qualités, sans avoir de défauts ».
Mettre toutes les qualités en ‘On’ et tous les défaut à ‘Off’ en somme.
Retenez bien cette image… On/Off… J’y reviendrais.

Et vous, êtes vous parfait ?

Exercice : Comment exprimez-vous votre perfectionnisme ?

  1. Vous critiquez-vous pour la moindre petite erreur ?
  2. Recommencez-vous plusieurs fois la même tâche ?
  3. Êtes-vous un éternel insatisfait ?
  4. Êtes-vous angoissé par le temps, et avez-vous l’impression d’en manquer ?
  5. Vous en demandez-vous trop, en ne respectant pas vos limites?
  6. Vous sentez-vous coupable si vous vous reposez avant d’avoir tout terminé ?
  7. Vivez-vous de la colère quand un détail n’est pas à votre goût, oubliant ainsi le but de la tâche ou l’ensemble de la situation ?
  8. Avez-vous de la difficulté à vous féliciter ou à vous faire des compliments ?
  9. Portez-vous plus attention à l’erreur ou à l’oubli plutôt qu’à tout ce qui a été fait de bien ?
  10. Entretenez-vous des obsessions ou des fixations dans certains domaines ?

Si vous avez plus de 3 oui, c’est mort, vous êtes perfectionniste 😉

Pourquoi sommes nous dans une ère de perfection ?

A suivre :

  • 1 explication astrologique ;),
  • 1 réflexion anthropologique, et pour finir,
  • 1 réflexion sociologique (ça ne rigole pas)

Réflexion Astrologique : nous entrons dans l’ère du Verseau et cela nous pousse à tenter de devenir parfait

Je vous assure, à la question « Pourquoi devenons nous perfectionnistes ? » Google m’a proposé en 6ème position un article qui parle du passage à l’ère du Verseau comme explication à notre quête de perfectionnisme.

Je vous passe les détails, mais en gros :
Un mois galactique correspond à 2160 ans. Sur des échelles aussi grandes on ne peut pas parler de date précise pour un changement d’ère puisque la transformation de la planète ne peut se faire du jour au lendemain. Elle s’étale donc sur plusieurs années. Mais selon les calendriers anciens (Maya et Aztèques), l’année 2012 serait la date officielle la plus probable du passage de l’ère du Poisson l’ère du Verseau. Et vu l’échelle, nous sommes en plein dedans.

Et visiblement, cette transition n’est pas facile pour l’humanité.

Construit sur la dualité, le pouvoir, la force, la possession, le temps du Poisson aura été matérialiste à outrance.

Bâti sur la complémentarité, la collaboration, la justice, le partage, le temps du Verseau sera spirituel.

Et justement, passer du « matérialisme» à la « spiritualité » serait la difficulté de cette ère de changement, dans la confusion, nous traduirions notre besoin de nous rapprocher de dieu (la perfection) par un besoin de faire des choses parfaites dans notre monde matériel.

Soyez rassurés, d’ici 40 ou 50 ans, nous devrions moins sentir les effets de cette transition. Ouf !

Réflexion Anthroplogique : à devenir trop cérébraux, on ne fait plus suffisamment les choses simplement… à l’instinct

Il est prouvé que depuis l’apparition de l’homme (il y a 4 millions d’année) le cortex de l’homme n’a cessé de prendre de plus en plus d’importance.

Le cortex, c’est la partie du cerveau qui est à l’origine de la pensée, de la logique, du raisonnement …

C’est le siège de l’intelligence, de la conscience morale, de la raison et de la réflexion humaine.
Les autres cerveaux, pour faire simple, sont :

  • le cerveau reptilien (ou primitif), qui gère les processus biologiques et réflexes du corps humain et,
  • le cerveau limbique (ou moyen), le siège de nos pulsions, de nos émotions, de notre apprentissage

Pourquoi le cortex se développe autant ?

C’est le propre de l’homme, nous voulons créer et bâtir un monde toujours plus grand… et pour cela, nous devons utiliser notre cortex rempli de facultés utiles à la créativité, aux mathématiques, à étude des sciences, etc.

Si l’on ajoute à cela la contrainte permanente exercée par les règles morales sur les réflexes et les pulsions (cerveaux reptiliens et limbiques), on transforme le cheminement de nos synapses et petit à petit le cortex grandit devient le dominant sur les autres cerveaux.

Ainsi, guidés de plus en plus par notre réflexion, et de moins en moins par nos sensations et nos émotions, nous ne savons plus faire les choses simplement, nous avons besoin de réfléchir pour tout… ce qui nous emmène vers toujours plus de perfectionnisme.

Réflexion sociologique : à l’heure des médias tout puissant et de Facebook, nous comparons et nous sommes comparés sans cesse

Nous comparons, tout et tout le temps par rapport à nous même

L’information circule à une vitesse folle : journaux, magazines, télévision, sites, blogs, sms, nous pouvons tout savoir sur tout et sur tout le monde.

  • Qui à fait quoi ?
  • Comment qui a fait quoi ?
  • Comment qui à fait quoi mieux que lui ?

Nous sommes comparés, et nous n’avons plus le droit à l’oubli.

Avec l’apparition des réseaux sociaux, notamment l’ultra-dominant omnipotent Facebook, tout le monde s’est tout sur nous, et en permanence.

Cela nous met une pression folle.

D’autant que plus rien ne disparaît, une faute faite il y a 10 ans peut toujours ressortir.

Pourquoi faudrait-il fuir la perfection?

A suivre :

  • 1 réflexion par l’absurde,
  • 1 exemple,
  • 1 explication de texte, et pour finir
  • 1 réflexion personnelle

C’est parti !

Réflexion par l’absurde : la perfection n’existe pas

Vu sur Wikipédia, c’est dire si c’est de la philosophie…

  • Postulat de base :
    Un être parfait a toutes les qualités,
  • Conséquence 1 :
    Si un être est parfait, alors il n’a pas la propriété d’être imparfait,
  • Conséquence 2 :
    S’il manque une propriété à un être parfait, il est imparfait,
  • Conclusion :
    Il n’y a pas d’objet parfait.

Réflexion par l’exemple : si le sexe était parfait…

Prenons l’exemple des relations sexuelles. Ce n’est pas toujours le feu d’artifice !

Les jours où c’est raté, le fait que l’autre continue à être tendre et attaché à nous est une amélioration de la manière d’aimer. Si on était des machines parfaites à faire l’amour parfait, il n’y aurait plus cette émotion et l’autre serait privé du cadeau qu’il nous fait en continuant à nous aimer même si on est, parfois, imparfait.

Réflexion sur un proverbe : le mieux est l’ennemi du bien, explication de texte…

J’attends souvent « Le mieux est l’ennemi du bien », mais honnêtement, si je comprends bien la signification populaire, j’ai du mal à saisir le sens des mots dans cette phrase…

Je m’y suis penché…

Pourquoi se refuserait-on le mieux en quelque domaine que ce soit ?

Ordinateur, voiture, confort de la maison, vie relationnelle, présentation d’un plat cuisiné, rédaction d’un rapport, présentation sophistiquée sur grand écran, vie de couple, santé, intelligence des enfants…

Le mieux devant obligatoirement se comparer à ce qui est déjà satisfaisant (le bien) et engendre souvent trois inconvénients.

1er inconvénient : trop d’énergie

Il faut investir énormément pour améliorer d’un pour cent supplémentaire ce qui était déjà bien (cf. règle des 20/80). C’est-à-dire que les moyens pour obtenir une petite progression supplémentaire sont disproportionnés par rapport à l’objectif. Le jeu en vaut-il donc la chandelle ?

2ème inconvénient : insatisfaction

La quête obsédante du mieux doit nous poser la question de notre rapport au manque, à l’imperfection, à nos limites financières, intellectuelles, …
Celui ou celle qui cherche sans cesse le mieux est souvent condamné à la tristesse et à être invivable pour ses proches puisque cette personne n’est jamais satisfaite.

3ème inconvénient : risque d’aller trop loin

En voulant aller au mieux, au plus près du possible, on risque d’aller au-delà de la limite et de détruire ce que l’on avait mis tant de temps à bâtir. Ainsi, repositionner une carte dans un château de cartes qui tenait debout malgré une architecture de guingois risque de le faire s’écrouler.

Pablo Picasso disait : « Une peinture n’est jamais finie. Mais un jour, on décide de l’arrêter ».

Réflexion personnelle : et puis, à trop vouloir bien faire, on ne fait rien !

On/Off, je vous ai parlé de cette image…

Nous avons trop tendance à cocher des cases.

La vie n’est pas ainsi, rien n’est blanc ou noir. La vie, c’est une évolution, une progression constante… mains certainement pas des paliers ou une todolist que l’on aurait terminé.
Pour un perfectionniste :

  • c’est « tout ou rien » : si mon travail n’est pas parfait, il ne vaut rien
  • s’il a un échec (comme tout le monde peut en avoir et en aura) c’est qu’il ne vaut rien
  • tout échec est très mal vécu, et peut même conduire à un sentiment de honte

Et donc, le perfectionniste va finir par procrastiner (remettre au lendemain)… Il voudra faire tellement bien qu’il ne trouvera jamais le temps de le faire; il repoussera alors toujours au lendemain de peur de décevoir

Agissez ! Cessez, d’être parfait.

Si, par malheur, on arrivait à devenir parfait, on serait assez rapidement désadapté à notre milieu qui change constamment et on mourrait. C’est ce qui se passe dans la vie quotidienne : ce désir de perfection a un prix psychologique et affectif exorbitant. C’est une forme de rigidité mentale qui fait qu’on devient difficile à côtoyer. Non seulement cette quête est vaine, mais en plus elle rend notre entourage malheureux !

Pour vous améliorer, devenez consciencieux, mais pas perfectionniste

Il est préférable d’être consciencieux que perfectionniste.
Le consciencieux tire du plaisir de son travail; le perfectionniste attend la reconnaissance de son entourage.

Le consciencieux est flexible, il dose ses efforts il est autocritique.

Le perfectionniste ne sait pas doser ses efforts, il a des difficultés à déléguer, il doute de lui, il se juge sévèrement, il est souvent insatisfait, il redoute les échecs, il a peur de l’avenir.

Notes

Cette article à été écrit dans le cadre de la préparation d’un discours pour un Toastmaster.

Voici quels étaient mes objectifs :

Les objectifs propres au Toastmaster :

  • Etre structuré
  • Durer 5 à 7 minutes (autant vous dire que pendant l’oral j’ai du faire de grandes coupes dans ce texte pour tenir dans les 7 minutes)

Mes objectifs personnels :

  • Etre rythmé
  • Etre impliqué
  • Etre léger
  • Etre inspirant

Sources

  • Perfection (définition wikipédia)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Perfection
  • La sagesse des proverbes
    http://www.discernement.com/SagesseProverbes/Proverbe.htm#ancre26
  • De la perfection à la fatigue et même à la procrastination
    http://fibromyalgie-ducloux.centerblog.net/9-de-la-perfection-a-la-fatigue-et-meme-a-la-procastination
  • Est-ce préférable d’être perfectionniste ou non ?
    http://www.ecoutetoncorps.com/ressources_en_ligne/chron_estce_preferable_f.php
  • L’ère du verseau
    http://22etoiles.com/terre/verseau.htm
  • Évolution du cerveau : de l’homme à l’humain
    http://mecaniqueuniverselle.net/homme-humain/cerveau.php
  • Faut-il chercher à être parfait ?
    http://www.elle.fr/Societe/Les-enquetes/Faut-il-chercher-a-etre-parfait-140429/Faut-il-chercher-a-etre-parfait-140434

Découvrez des articles similaires :

  • http://member.my-addr.com/public_profile.php?id=ZUJlZQ== queuemsvege

    Merci pour cette information interessante

  • Paul

    Très bon article. C’est vrai que la plupart des gens nous font douter quand on parle de projet. Peut être parce qu’ils s’inquiètent pour nous, ou peut être parce que qu’ils ne veulent pas que l’on y arrivent…le mieux, c’est effectivement de rester discret…

  • paul

    Tout à fait d’accord. On vit dans un monde qui facilite la déconcentration car notre cerveau est sollicité en permanence par tout un tas de « nuisances ».
    Lire est une excellent conseil, cela oblig le cerveau à se concentrer sur une seule tâche (sinon, 2 pages plus loin on se dit : « mais il sort d’où ce personnage ?, j’ai rien compris…)

  • Aude

    Tu m’as beaucoup fait rire ! :) ton blog est vraiment super et j’aime vraiment beaucoup tes articles!